Donate Now Download Form

Ma maîtrise au Canada par Drissa Coulibaly

Ma maîtrise au Canada par Drissa Coulibaly

Nouvelles

Nous avons rencontré Drissa plus tôt cette année lorsqu’il était concentré sur sa maîtrise en sciences de la vue à l’école d’optométrie de l’Université de Montréal. Il a également représenté Optométrie porteuse de vision récemment à une conférence au Québec.

Nous avions hâte de savoir comment les choses allaient pour Drissa donc nous lui avons demandé de ses nouvelles :

« Je fais un retour sur les six derniers mois où j’ai terminé la première partie de mon programme, de janvier à juin 2017. J’aimerais vous dire que ces mois ont été particulièrement difficiles pour moi, car j'ai dû faire face à de nombreux obstacles, non seulement pour m’adapter à cette nouvelle vie, mais également pour comprendre la langue et la nouvelle nature de mes cours.

Le changement d’environnement est énorme, même en excluant le facteur de température. Il faisait noir à 17 h, les conditions météorologiques hivernales étaient rudes, j’étais loin de mon environnement familier, avec ma femme qui est enceinte et ma jeune famille loin derrière moi. Pour compliquer davantage les choses, j’ai dû m’accoutumer à la nourriture locale, apprendre à la cuisiner et après quelques échecs, j’ai enfin mangé mon premier repas cuisiné!

À l’école d’optométrie, le premier problème que j'ai connu est la façon différente dont les cours sont donnés ici au Canada comparativement à mon pays. Les explications des professeurs s’appuyaient souvent sur des cours antérieurs que je n’avais pas suivis et l’accent québécois était très prononcé chez certains professeurs. Le cours qui a été particulièrement difficile pour moi était celui de santé oculaire. C’était la première fois que je suivais un cours aussi avancé en santé oculaire, ce qui démontre encore une fois le calibre élevé de la formation prodiguée ici. L’incroyable disponibilité des professeurs m’a aidé à surmonter ces difficultés. Ils étaient disposés à répondre à mes questions et n’avaient aucun problème à me donner la matière des cours antérieurs. Les activités cliniques m’ont permis de mieux comprendre ces cours et l’importance des stages.

2017 Salon Vision Jean Marie Drissa Carole Luigi

Salon Vision, Montreal: Jean-Marie, Drissa, Carole and Luigi Bilotto, BHVI's Director of Education

J’ai fini la première partie du programme en juin, mais j’avais déjà commencé un stage en clinique en février, donc j’étudiais et je travaillais à la clinique jusqu’en juin. Une autre difficulté pour moi a été de me conformer à ce nouveau niveau de pratique, à l’environnement de travail (instruments, dossiers des patients et contraintes de temps), aux nouveaux types de patients, à leurs façons de penser et à la philosophie – une adaptation très difficile en si peu de temps.

Le 13 juillet, je suis retournée au Mali pendant quatre semaines, car j’avais deux semaines de vacances et j'ai reçu deux semaines supplémentaires de l’école pour assister à la naissance de mon enfant. Ces quelques semaines étaient très importantes pour moi et ma famille. Elles m’ont permis de renouveler ma réalité, de visiter l’IOTA et de réévaluer mes objectifs. J’ai eu la possibilité de discuter de ma formation avec mes supérieurs, du programme d’optométrie à Montréal et de le comparer à notre programme au Mali. Ils étaient très heureux de recevoir mes suggestions. Le plus important pour moi était les échanges avec mes collègues techniciens en optométrie. Ils étudient à l’école, ils sont motivés par leurs études et désirent perfectionner leurs compétences grâce aux cours. J’ai surtout aimé leur expliquer les grands avantages d’avoir un programme de maîtrise dans notre pays. Tout comme moi, personne ne peut se permettre d’étudier à l’étranger sans le soutien international que j’ai été chanceux de recevoir. Je suis tellement reconnaissant de cette magnifique opportunité rendue possible grâce à de nombreux partenaires, dont Optométrie porteuse de vision.

min graduation 2

 

Benoit Tousignant O.D., Thesis Director; Christian Casanova, Director of ÉOUM, Drissa Coulibaly and Julie Brûlé, Thesis Director.

TOP